Archives mars 2011

Arrêtez le massacre!

Les jeunes filles méritent qu’on leur dise la vérité: les femmes auxquelles vous vous comparez dans les magazines n’existent pas!

Pour des raisons esthétiques qui parfois flirtent avec la publicité mensongère lorsqu’elles s’appliquent à des produits cosmétiques, les photographies de publicité notamment les portraits sont retouchées de manière importante. Moralité, des jeunes filles cherchent à s’identifier à des modèles sélectionnées dans de grandes agences, passées entre les mains des meilleurs coiffeurs, maquilleuses, mises en lumière par des éclairagistes, avec derrière un photographe qui les prendra sous leur meilleur angle. Et même après cela, ce n’est pas suffisant et un retoucheur finalise en ne laissant parfois pas grand chose de la photographie originale, allongeant le coup, retaillant les hanches, affinant les jambes d’une demoiselle de 16 ans s’habillant en 34.

Ceci amène à une conclusion, vous ne reconnaîtriez probablement pas l’une de ces icônes de la mode si vous la croisiez dans la rue. Vous pouvez déjà le vérifier si vous avez déjà eu  le doute sur la star représentée sur une affiche de pub!?

Mon envie n’est pas de tomber dans un puritanisme de l’image mais bien d’expliquer que la photographie n’a pas forcément une valeur testimoniale et qu’il faut bien que chacun en soit conscient!

Alors cela lance un débat, doit on limiter les retouches par texte de loi? Cela paraît compliqué à mettre en place : difficultés de définition de ce qui est à proscrire, surtout que certaines retouches ne sont pas là pour tromper mais bel et bien pour servir une image, palier à certains soucis à la prise de vue qui étaient impossible à prévenir, etc…

Et puis, doit-on toujours passer par la voie règlementaire ou législative? Alors doutez, doutez simplement de toutes ces photographies et ne prenez cela que pour des créations à base de photographies!

Photoshop fait partie des logiciels que j’utilise très régulièrement pour mon travail, je continue à faire des formations régulièrement pour être capable de répondre aux attentes de mes clients mais cela ne m’empêche pas de préférer au maximum une image nature, je souhaite que l’on retienne mes qualités de photographe et non de retoucheur, si bien que hormis quelques exceptions comme de retirer quelques petits boutons, les images de mon blog et site n’ont pas subies de retouches, la plupart n’étant même pas ouvertes dans photoshop!

Par , le

Twestival de Clermont-Ferrand

Et bien oui, je dispose depuis peu d’un compte twitter (@_nicolasroger_) ce qui m’a amené à participer à la soirée du Twestival.

Les bonnes initiatives méritent d’être soutenues alors je ne pouvais louper cet évènement au profit de la Croix rouge se déroulant à la Coopérative de mai. Un concert des Cracbooms et des Bewitched hands pendant lequel des artistes ont réalisé des œuvres destinées à être vendues aux enchères pour la Croix rouge.

Parmi les artistes, agou ( plus connue ici sous son vrai nom, Sophie Navas, le monde est petit!) , pulcomayo , anto, cess et florent qui ont réalisées leurs oeuvres en live et galliane de « A l’ombre des murmures » qui a fourni pour la vente des photos dont je me suis porté acquéreur!

D’ailleurs, j’en profite pour vous rappeler ou prévenir que certaines œuvres réalisées durant la soirée seront mises en vente rapidement! De manière générale, si vous avez besoin de renseignements sur le Twestival, voici leur site.

Voilà, je vous mets quelques images de la soirée pour vous en rendre compte (merci aux organisateurs).

The Bewitched hands

Les artistes à l'oeuvre

Guitariste de The Cracbooms

The Cracbooms

Et quelques images de plus ici!

Par , le

L’eau

Cela fait un moment que je travaille sur une future exposition sur le thème de l’eau, j’ai décidé de vous en mettre une première image et de vous en parler un peu.

Tout d’abord, pourquoi l’eau? Simplement parce qu’elle me fascine, je ne peux passer à coté de l’eau sans plonger mon regard dans ce qu’elle retient. Que ce soit pour ces paysages qu’elle enferme ou l’autre vision qu’elle nous apporte sur ce qui nous entoure. Avec cette série, je travaille plus particulièrement sur les réflexions de l’eau dans le cadre d’abstractions, ceci avec une recherche quelques peu picturale autour la matière. Les symboliques de l’eau dans l’art, la littérature et la religion ne font que renforcer mon intérêt pour ce sujet inépuisable de beauté et de diversité, l’eau est le premier miroir de l’homme.

Je vous propose de commencer par cette image, qui a été prise en Angleterre, dans une forêt proche de Sheffield.

L'eau #1

Je vous met un détail car il sera compliqué d’appréhender la matière sinon, en effet, cet effet créé par l’eau n’est pas sans rappeler certaines des techniques des peintres.

Détail de L'eau #1

Par , le

Mon site: une nouvelle page d’accueil

Juste pour dire à ceux qui ne l’ont pas vu que j’ai changé la page d’accueil de mon site ce qui la rend, à mon sens, plus dynamique!
Maintenant, il va falloir changer les galeries, envie de vous mettre un peu de neuf.

Sous les conseils avisés de Sophie Navas, j’ai aussi créé une page facebook sur laquelle vous pouvez montrer que vous appréciez mon travail  sous le lien suivant: Ma Page Facebook

La nouvelle page d'accueil de mon site

N’hésitez pas à voir la toute dernière version du site internet d’un photographe plein d’avenir ;-)!

Par , le

Willy Ronis : le réalisme poétique.

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler de Willy Ronis, un photographe arrivé à la photographie par un mariage de raison ensuite devenu un mariage d’amour, selon ses propres mots. Ayant du reprendre la boutique de son père photographe tombé malade, il est entré dans la profession alors qu’il était avant tout passionné de musique, de dessin et de peinture, plus particulièrement de la peinture flamande du XVIIème. Ce photographe, qui s’est lancé en indépendant à la mort de son père a commencé par du reportage social pour des revues comme regards et le magazine Life.

La photographie ci dessous qui restera probablement comme l’une des plus emblématiques du photographe date de 1938, elle n’a été tiré pour la première fois qu’en 1980. Elle était fortement sous exposée et les papiers de l’époque ne permettaient pas d’en faire un bon tirage.

L'une de ses images les plus marquantes qui a failli tomber dans l'oubli.

Willy Ronis est considéré comme faisant parti du mouvement du réalisme poétique comme Robert Doisneau qu’il connaissait bien. Etant parisien, il a naturellement arpenté ses rues et constituera son premier livre de photographie de Belleville et Ménilmontant, je ne résiste pas à l’envie de vous mettre cette photographie d’enfant qui est un autre classique.

L'enfant à la baguette de pain

L'enfant à la baguette de pain

Il aura vécu 11 ans en Provence avec Marie-Anne son épouse et son fils Vincent, la photo suivante étant bêtement une photographie de sa femme en train de faire sa toilette alors qu’il faisait du plâtre dans le grenier. C’est en passant, allant chercher un outil, qu’il a pris son appareil et fait cette suite de 4 photos qui ont marqué l’imaginaire de tant de gens.

Marie-Anne Ronis - le nu provençal

Je ne pouvais clôturer cet article sans mettre un autoportrait, ce qu’il aimait faire depuis l’âge de 16 ans, âge ou son père lui a offert son premier appareil.
Malheureusement, il nous a quitté, j’ai le souvenir d’un homme d’une grande gentillesse, nous l’avions croisé à Arles avec mon amie, qui impressionnée, lui avait tendu une brochure montrant certains de ses travaux photographiques. Il avait pris le temps de quelques mots, parce qu’il savait rester accessible et partageait ses anecdotes avec plaisir.

Willy Ronis qui joue à se mettre en scène

Par , le

Photographie de charme

Ayant décidé de relancer les visites de ce blog même si elles sont de plus en plus nombreuses et je vous en remercie, j’ai décidé de jouer sur la corde sensible en cette journée de la Femme et vous présenter une photo de charme avec l’accord express de la modèle bien entendu!

Il est assez amusant alors qu’il n’y a aucune photo de nu sur mon site ou mon blog d’être appelé de plus en plus souvent pour réaliser des photographies de charme. A l’initiative de ces dames, pour émerveiller les yeux de leur compagnon. Chacun jugera de la pertinence du cadeau mais je me rappelle les mots d’une femme expert dans les ventes aux enchères (je resterai discret sur son nom) qui me racontait avoir fait plus jeune des photos de nu. Elle me disait en garder un très bon souvenir et apprécier d’avoir ces images aux qualités artistiques et sensibles de son corps de jeune femme.

J’apprécie ces séances ou je suis en général plus gêné que le modèle, mais le corps féminin reste quelque chose des plus esthétique et intéressant à mettre en lumière. Pour un photographe spécialisé sur les objets d’art, la Femme qui en a inspiré tant de courbes reste la naissance de tout ce qui est beau…

la beauté reste féminine...

Ah, je voulais juste dire qu’avant même le fait d’être ébloui par leur beauté, ce sont les qualités humaines des modèles que j’ai eu la chance de photographier qui me restent.

Et pour finir, je suis toujours surpris de voir que tout le monde ou presque aime à regarder un corps nu mais si peu osent à poser pour cela, je pense qu’il existe encore bien des photographes qui ont le talent et la sensibilité pour faire des photos qui restent bien loin de la vulgarité!

Par , le