Archives 2013

2013 : une année charnière

Certaines années marquent des tournants ou des étapes importantes dans nos vies, professionnellement, 2013 est pour moi l’une de ces années.

Une photographie produit réalisée pour la société Vap's

Une photographie produit réalisée pour la société Vap’s

J’ai trouvé les limites de la quantité de travail que je pouvais fournir seul, parfois plus de 90 heures certaines semaines.
Habituellement, je n’aime pas trop parler des choses vraiment plus personnelles mais je pense que le récit des chemins personnels permet de se situer face aux autres.
A force de tant travailler, j’ai fini au mois de novembre par m’endormir sur l’autoroute alors que j’allais m’arrêter pour me reposer sur une aire de repos, laissant ainsi un utilitaire pour épave après avoir été arrêté par un poteau.
Malgré le coût financier de cet accident, j’estime avoir eu beaucoup de chance, pas d’autres blessés par ma faute, sorti sans blessures ou complications malgré la violence du choc, cela m’a poussé à accélérer les changements que je souhaitais initier pour l’avenir.

Afin de pouvoir donner satisfaction entière à mes clients, des changements s’imposent pour la suite, tout d’abord, je vais devoir travailler en collaboration avec d’autres photographes et retoucheurs, sortir du coté indépendant pour constituer un studio de création.
De manière générale, je pense que cela constitue en parti l’avenir de la photographie, rassembler des photographes au sein de structures plus importantes qui pourront répondre à toutes les demandes des clients à la manière des cabinets juridiques ou médicaux.
Ces rassemblements permettront d’avoir toujours les meilleures compétences par domaine, de mutualiser les infrastructures et du matériel haut de gamme afin d’être compétitifs et efficaces.

L’envie d’aller toujours vers une offre plus haut de gamme m’amènera une fois de plus au début de l’année prochaine à investir pour améliorer le parc matériel.
De plus, nous quitterons assez rapidement le studio actuel pour aller intégrer un local commercial plus grand. L’occasion d’avoir un bel espace studio et d’installer du nouveau matériel qui ouvrira de nouvelles capacités créatives.

Ensuite, si le travail de commandes se développe rapidement, je ne veux pas perdre de vue mon travail artistique et plusieurs expositions sont en cours de préparation, je vous en parlerai bientôt.

Pour résumer, une année de folie en matière de travail, la chance de me développer rapidement mais une réorganisation de vie importante pour préparer demain et ne pas tomber dans le piège du surmenage.

Merci encore une fois à ceux qui me suivent, m’épaulent et me font confiance !

Par , le

Peut on tomber amoureux de l’image d’une personne?

Portrait d'une belle jeune femme façon mode

Juste un petit portrait sans lien avec l’article !

Une question toute bête qui amène à une réflexion autour de mon métier.

Étrangement, je pense que la réponse à cette question, pour beaucoup, malgré son coté irrationnel est Oui !

Lorsqu’une photographie peut nous toucher, qu’un simple regard fixé sur papier peut nous arrêter, nous amener à ressentir de la tristesse, de la fascination en passant par toutes les gammes de sentiments liées aux relations humaines, est-il incongru de penser que l’amour puisse être déclenché par la simple image d’une personne?
De là, recevez un aveux que je n’aurais jamais cru écrire un jour, je crois que pour bien photographier une personne, il faut dans une certaine part apprendre à aimer son image et ce qu’elle comprend de personnalité sous-jacente. Plus clairement, il faut aimer les gens pour les photographier au mieux.

Peut être que certains me prendront pour un fou malsain mais il m’arrive de rester un moment en arrêt devant la beauté d’un regard, d’un visage, d’un corps que j’ai photographié, chanceux d’avoir pu garder un peu de la beauté de ces personnes sur mes photographies. cela devient de plus en plus fréquent, je me rends compte que la photographie développe mon goût pour l’humain.

Photographier une personne n’est pas un acte anodin.

Entrer dans une séance photo avec modèle, cela amène à une expérience de relation humaine dans laquelle chacun arrive avec son vécu, ses idées, son référentiel, ses craintes pour aller chercher un résultat, un but commun dans lequel chacun trouvera son compte.
Si mes mots pourraient s’appliquer à d’autres relations humaines, cela ne fait que montrer une réalité, la liaison entre un photographe et son modèle est complexe.

Empreinte de respect, d’attention, d’humilité de part et d’autre, de pudeur, de taquinerie, le photographe travaille sa lumière et amène, par la parole et les attitudes le modèle à s’affirmer, s’ouvrir pour donner ce qu’il a de meilleur.
Attentif au moindre changement d’expression, creusant la personnalité de la personne en face pour trouver les bons mots qui amèneront le sourire naturel, le photographe doit s’investir, prendre des risques, être curieux s’il veut réellement trouver la personnalité, l’image la plus belle de son sujet.

Par la suite, il reste le fruit de cette séance, des photographies et des sentiments associés. Comme dans chaque acte, la subjectivité entre en compte, une image sortie d’un bon contexte est encore plus magique, comme ces musiques que l’on associe a des beaux moments et qui nous l’évoqueront à jamais.

Pour aller un peu plus loin et parler d’un sujet un peu tabou à savoir : la fameuse réputation des photographes qui couchent avec leurs modèles …

Cela n’excuse rien mais la relation qui peut naître dans une séance photo peut amener à une dose d’ambiguïté. Les compliments pour détendre le modèle, la nécessité de nouer une complicité pour aller plus loin dans le travail amènent parfois à un contexte favorable aux dérives.
Alors attention à toujours rester clairs !
Je condamnes clairement les personnes qui se servent de la photographie pour aller à la chasse aux aventures, se servir de ce contexte jette le discrédit sur cet art et ce métier. Aimez vos modèles par la photographie, c’est bien plus beau et les spectateurs de ces images le ressentiront.

N’hésitez pas réagir ! Pourriez-vous tomber amoureux ou amoureuse de l’image d’une personne?

Par , le

Photographie pour le e-commerce : www.huitre-en-ligne.com

Lorsque des amis me commandent les photographies pour leur nouveau site de vente en ligne, rien ne m’étonne plus!

Photograhies d'huitre avec ses accompagnements

Merci à Matthieu d’avoir joué les stylistes culinaires pour l’occasion !

Cette fois-ci, c’est pour le site www.huitre-en-ligne.com qu’ils m’ont commandé des photographies de packshot produit ainsi que quelques vues illustratives à insérer sur le site. Paradoxalement, j’adore ce type de commandes originales où il faut dépasser le produit original et amener le petit plus du photographe.
Merci à eux de m’avoir fait confiance pour ce travail, d’avoir choisi de créer un contenu original plutôt qu’utiliser les photographies vues mille fois des banques d’images!

Huitres au poivre

Les huitres, c’est bon, mangez en !

Maintenant, je vais vous dire pourquoi ce projet un peu dingue a toutes les chances de bien fonctionner.

Cette société dont les créateurs vivent à Clermont-Ferrand (ville hautement connue pour ses ostréiculteurs) créé un site sans stocks qui vend la production d’ostréiculteurs sélectionnés. Avec des emballages spéciaux (médicaux) afin de ne laisser aucun risque, les producteurs s’engagent à envoyer les produits du jour directement afin qu’en moins de 24 heures, les huitres soient chez vous sans problème de chaine du froid.
Ce système vous permettra d’avoir vos huitres préférées dés le lendemain de la commande, un gros atout fraicheur qui ravira les amateurs, bien plus efficace que les circuits classiques de grande distribution.

Pour ce shooting entre le culinaire et le packshot produit, nous avons beaucoup rit, débouché quelques bouteilles de blanc en dégustant les modèles. De base, je ne suis pas un grand mangeur d’huitres mais je dois bien avouer que j’ai réellement apprécié leurs produits. Si vous êtes amateurs d’huitres, je vous encourage à tester ce nouveau site !

Par , le

Marielsa Niels : Artiste photographe

Pourquoi toujours parler des photographes célèbres et ne pas mettre en valeur une photographe contemporaine dont j’adore le travail?!

Photographie de l'artiste Marielsa Niels

Photographie de la série Cendrillon jette l’éponge

Marielsa Niels vit et travaille à Clermont-Ferrand, cette jeune artiste photographe a suivi un cursus en photographie tout en commençant très rapidement à participer à des expositions, tant et si bien que malgré son jeune âge, elle dispose d’un CV artistique impressionnant comportant quelques lignes internationales. Arrivée très tôt dans l’univers artistique grâce à son père, elle a pris un chemin personnel affirmé très rapidement.
Partageant son temps entre les travaux de commande et les séries artistiques, j’aurais envie de distinguer 2 grandes lignes dans son travail personnel.

Pour commencer, les mises en scène comme pour les séries: « Cendrillon jette l’éponge » ou « Un couple franco-allemand : une année, une vie »des photographies demandant des installations complexes, d’une grande rigueur ou elle met en scène des personnages avec des expressions choisies dans des univers qui comprennent les éléments descriptifs de leur vie, de situations, une sorte de discours par le choix et l’agencement des objets, ces images très fortes visuellement imposent que Marielsa aime maitriser sa photographie, elle ne fait pas de la photographie pour la photographie. Toujours une réflexion poussée derrière chaque prise de vue.

Photographie de la série "A fleurs de corps"

Photographie de la série « A fleurs de corps »

Un autre axe important de son travail est de prendre des éléments comme une feuille de papier, une partie du corps pour amener une création visuelle très sensible qui prend une existence indépendante de l’objet initial.
Des séries aux accents de douceur, de volupté et de matières comme « poussières d’étoiles », « empreintes silencieuses » ou « A fleurs de corps ».
Je vous encourage à découvrir son travail sur son site

Actuellement, vous pouvez aller découvrir sa série  » A fleurs de corps  » à la toute nouvelle Galerie Grand Angle, un lieu dédié à la photographie qui vient d’ouvrir, je les félicite pour leur travail aussi bien sur le lieu, l’accrochage et la communication.
Voici la page facebook du lieu, cette exposition durera jusqu’au 5 octobre.

Un projet de livre avec Page Centrale est en cours, avec un financement du projet via Ulule, je vous encourage à participer ou à vous fournir ce livre !

Au passage, Sophie Navas a aussi écrit un petit article sur son blog concernant cette parution. A local 19, nous sommes tous acquis à la cause de Marielsa !!!

Par , le

Photographie d’objets en 360 ou 3D

Caricature du photographe Nicolas Roger avec son plateau pour les photographies d'objets 3D

Sophie Navas adore me mettre en boîte !

Pour commencer, voici une petite caricature de Sophie Navas, Graphiste et illustratrice souvent citée sur ce blog avec laquelle nous aimons à collaborer (entendu : nous chambrer vilainement), je vous encourage à aller voir son site pro et son blog sur lequel je fais quelques apparitions.

Photographe spécialisé dans la photographie d’objets d’art initialement, les techniques et développements de nouvelles solutions m’intéressent fortement pour rester dans la course et offrir de nouveaux services pertinents pour mes clients (ne le répétez pas mais c’est aussi parce que je ne peux pas résister à l’appel d’un nouveau jouet, encore plus s’il est cher, je suis un fou de matos, on ne se refait pas …).
Pour cette raison, je garde l’œil sur les avancées de la photographie 360 et 3D d’objets depuis quelques temps.
j’ai pu mieux me rendre compte du potentiel en allant former l’équipe de prise de vue d’un site spécialisé dans la vente en ligne de montres et sacs de luxe à ces techniques, cela fait quelques temps.

Pour vous expliquer un peu comment cela fonctionne : Il s’agit d’un plateau sur lequel on dispose l’objet et qui va permettre de réaliser un ensemble de vues (en général 24,36 ou 72 vues) à des angles très précis, c’est donc l’objet qui tourne et non l’appareil. Il existe des modèles intégrés à des cubes mais j’ai bien sur préféré un modèle extérieur qui me permet d’utiliser mes flashs de studio pour retrouver mes marques et avoir des rendus meilleurs et plus de polyvalence.

Jusque là, la photographie 360 d’objets me paraissait peu pertinente, le matériel était très onéreux ou peu polyvalent, de plus, les visionneuses sur internet étaient trop lentes au chargement et souvent compliquées à manœuvrer pour l’utilisateur (à moins que ce soit moi qui cliques de travers).
Mais le contexte évolue et je viens d’acheter un plateau ainsi qu’un logiciel pour générer ces fameuses vues d’objets après avoir testé 3 modèles.
Ensuite le logiciel afin de réaliser des vues relativement fluides et optimisées en chargement.
Voici un petit exemple !

Par , le

Formateur en photographie

Depuis l’année 2012 est venu se rajouter à mon activité la formation. D’abord pour les particuliers afin de répondre à une demande croissante des personnes ayant investi dans des appareils réflex puis pour les professionnels assez rapidement.
Sans doute parce que le partage des connaissances m’a toujours plu, que j’aime communiquer ma passion et voir les yeux émerveillés de l’élève qui vient de découvrir qu’il pouvait enfin maitriser les choses, j’ai commencé à en faire de plus en plus.
Aujourd’hui, je suis formateur pour des organismes liés aux sites www.stagesdephotos.com ou www.interencheres.com et je sillonne la France pour aller former les entreprises à la photographie.
Même si cela demande beaucoup d’attention pour gérer des élèves de niveaux très différents, du temps passé à l’élaboration de supports d’apprentissage adaptés, je prends beaucoup de plaisir à communiquer la passion de la photographie, initier aux grands principes avec des exercices ludiques.
Même si ces élèves ne seront pas tous demain de grands photographes, ils comprendront mieux les problématiques des photographes professionnels, pourront discuter avec le même langage et cela restera très positif !
Toutes ces rencontres, le partage avec des élèves qui sont souvent par ailleurs de grands professionnels dans leur domaine (je pense aux commissaires priseurs notamment) me permet à moi aussi d’apprendre, de mieux maitriser mon sujet pour mieux l’expliquer, de m’enfoncer plus loin encore dans la photographie !

photographe des élèves en formation

Formation à la photographie d’objets d’art.


Certains professionnels n’aiment pas l’idée de former, par peur de voir une part de clientèle se passer de leurs services, mais la vérité est toute autre.
Donner les bases de la photographie montre mieux encore à l’élève le chemin à parcourir, le travail, le matériel nécessaire et développe le respect pour le spécialiste qui maitrise tout cela. N’ayons pas peur de partager le savoir, il est de toute façon accessible à tous facilement, développons notre professionnalisme, amenons encore un travail meilleur, de nouvelles solutions, des compétences plus hautes, rendons nous indispensables par la plus-value que nous apportons.

Par , le

Portrait(s) : Exposition à Vichy

une exposition sur le portrait

Affiche de la manifestation

Prévenu au dernier moment par mon amie artiste photographe Cécile Quintin, sortant à peine de prise de vue, j’ai foncé en totale improvisation pour voir cette exposition !
Grande surprise à mon arrivée sur place de découvrir le centre culturel Valéry Larbaud que je n’avais pas encore visité, un lieu parfaitement adapté à de grandes expositions, un éclairage dans les meilleurs que j’ai pu voir pour les œuvres.
Félicitations à l’organisation ainsi qu’aux commissaires d’exposition, cette exposition m’a surpris par sa qualité avec des artistes comme Sarah Moon, Liu Bolin, Denis Rouvre, Dorothée Smith …, une occasion de découvrir des tirages d’artistes marquants du portrait, une sélection suffisamment éclectique pour ne jamais être ennuyeuse, en gros : une bonne claque !

Portraits au centre Valery Larbaud

Centre culturel Valéry Larbaud


Le vernissage était même gratifié de la présence de la presque totalité des artistes, même Sarah Moon était là pour présenter son travail.
Petit plus, les tirages de Jérôme Bonnet sont à voir plus loin sur l’esplanade du lac d’Allier, la possibilité de se dégourdir les jambes, profiter du bord d’allier tout en admirant de superbes tirages de portraits d’artistes comme Alain Chabat, Kirsten Dunst et tellement d’autres.
Grande chance pour vous, cette exposition est à voir jusqu’au 1er Septembre 2013 alors n’hésitez pas à y aller faire un tour, cela vaut le détour !

Par , le

La photographie : l’accomplissement personnel

Belle statue

La photographie d'objets d'art, un plaisir des lignes.


Ma vie a pris un tournant fabuleux depuis quelques années, je n’aurais jamais cru en me lançant comme photographe professionnel que cela m’apporterait autant à tous niveaux.

En ce moment, tout semble vouloir fonctionner :

Les expositions de mon travail artistique s’enchainent, vous pouvez d’ailleurs encore voir la série « Réflexions sur l’eau » divisée entre le château des évêques à Monistrol sur Loire (20 tirages jusqu’au 24 mai) et Local 19 à Clermont-Ferrand (8 tirages exposés en même temps que les dessins de Sophie Navas)
La saison des mariages est presque totalement remplie, de plus, les mariés que j’ai rencontré sont tous très sympathiques et j’ai presque hâte de vivre ces journées. (et oui, on peut s’éclater dans la photo de mariage !)
Les formations aux entreprises, notamment sur la photographie d’objets qui s’enchainent et m’amène à parcourir la France.
Le réseau des commissaires priseurs me faisant confiance pour réaliser les photographies de leurs catalogues s’étend à des villes comme Lyon, Limoges, Orléans, Clermont-Ferrand, Vendôme, je viens de réaliser la grande majorité des photographies pour le catalogue de la prestigieuse vente aux enchères du château de Cheverny.

Ajoutez à cela les collaborations avec la troupe burlesque de Whispers and shadows, des groupes comme Hill Valley, les shootings pour les particuliers toujours plus sympas et originaux et vous comprendrez que je n’ai plus beaucoup de temps libre.

Pendule d'époque Restauration

Très belle pendule destinée aux enchères à Cheverny


Au passage, je suis récemment passé à la radio France Bleu Pays d’Auvergne, vous pouvez trouver l’enregistrement en 3 parties ici !
Cela va faire une année et demi que je n’ai pas pris de vacances, que je cours dans tous les sens, que je dois me surpasser quotidiennement mais je ne renoncerais à cela sous aucun prétexte.
Merci à ceux qui me font confiance et ceux qui me soutiennent, grâce à vous, j’ai grandi !

Par , le

David Lachapelle : Photographie de mode et de publicité

La Cène représentée par David Lachapelle

La Cène revisitée par David Lachapelle

Ce photographe et réalisateur américain de 50 ans partage son temps entre la photographie de mode, de publicité, la photographie artistique sans compter les films publicitaires.
Avec une vision toujours décalée, jeune et fraîche, il nous livre des univers surproduit où se mêlent la beauté, les références picturales avec une bonne dose d’humour.
Par exemple, il réinterprète ce classique de l’art religieux qu’est la Cène, des tableaux comme le radeau de la méduse et bien d’autres incontournables de l’histoire de l’art.

Photographie de Kirsten Dunst par David Lachapelle

Kirsten Dunst sous le regard de Lachapelle

Une rétrospective de son travail était exposée à la Monnaie à Paris au début 2009, pour cette occasion, j’ai pu poser les yeux sur la qualité de réalisation de ces travaux et c’est Beau !
Il était intéressant de voir aussi d’autres travaux « moins commerciaux » lors de cette exposition qui montrent que c’est un photographe complet.
Il a notamment réalisé des portraits hors norme pour un grand nombre de personnalités du cinéma ou de la chanson.

Publicité pour Lavazza par le photographe David Lachapelle

Photographie publicitaire pour Lavazza

Je ne peux que vous encourager à aller jeter un œil à son travail sur son site, vous y retrouverez des photographies que vous avez déjà vu 100 fois tant son travail est connu et diffusé.

Par , le

5 ans de photographie professionnelle

Masque africain

L'art africain : des lignes fortes !

Oui, voilà l’anniversaire de mes 5 ans de photographie professionnelle!

Comme toutes les dates qui comptent, c’est l’occasion de faire un point sur le chemin parcouru.
Mes premiers catalogues d’objets d’art datent de 2004, ils étaient réalisés en interne pour la salle des ventes de Clermont-Ferrand, je me rappelle encore la fierté de faire de mon premier quatrième de couverture de la gazette de l’hôtel Drouot en Ekta moyen format avec un mamiya 645 super.

En 2008, j’ai fait le pari dingue de changer de vie, partir vers d’autres horizons même si j’ai adoré travailler à la salle des ventes de Clermont-Ferrand et que la petite famille qu’ils constituent reste chère à mon cœur.
Depuis, le bilan est bon, je gagne ma vie avec la photographie, j’ai pu couvrir des investissements importants de plusieurs dizaines de milliers d’euros, aujourd’hui, solide avec des projets plein la tête.
Pour la première fois de ma vie, j’ai l’impression d’avoir trouvé un domaine où je ne tournerai jamais en rond, aucune lassitude alors que j’ai une tendance à très vite m’ennuyer dans une activité.

Formidable chance d’avoir des clients qui m’entrainent dans des projets nouveaux, me forcent à toujours aller plus loin dans ma formation, innover sans cesse pour répondre à leurs attentes.
Pour ces raisons, je passe aussi bien, d’une journée de photographies d’objets d’art à de la photographie culinaire, aux photographies des façades d’un immeuble, à un mariage, des photographies de charme, un reportage sur un salon de l’immobilier et tellement d’autres choses.

Ce qui rapproche tous ces domaines, le plaisir de la photographie, d’apporter ce que je peux donner de meilleur, vivre des rapports humains enrichissants avec des passionnés, des professionnels très compétents, des personnes qui se sont lancé des défis, les accompagner, les conseiller et réaliser avec eux.
En parlant de défi, avoir réussi à enfin présenter mon travail artistique a été un grand pas. Voir que les expositions fonctionnent si bien, tournent dans plusieurs villes dont Paris aussi vite est inespéré.
Il aura fallu du temps pour passer ce sentiment d’usurpation face aux photographes qui galèrent depuis tellement longtemps mais aujourd’hui, je pense pouvoir m’affirmer photographe sans rougir, ça va faire 15 ans que j’ai fait mes premières sorties en club photo, un appareil argentique tout manuel autour du cou.

Comment réussir? 3 éléments: du talent, du travail et de la chance. Il m’aura fallu travailler énormément et cela reste vrai, ce qui semble changer aujourd’hui, c’est que la chance semble vouloir se joindre au jeu!
Alors, si des photographes veulent se lancer dans le professionnel, c’est possible mais ne comptez pas passer à coté des années de sacrifices !

En tant que membre des photographes anonymes: « Bonjour, je m’appelle Nicolas Roger et je suis photographe, je gagne ma vie avec la photographie depuis 5 ans »

Par , le