Archives 2014

Studio Nicolas Roger : un nouveau départ !

Gagner sa vie grâce à la photographie est un vrai défi!
Depuis 2013, ce challenge est plus que rempli puisque ma vie est devenue une course folle, certains décriraient donc mon parcours comme une réussite, mon avis est plus mitigé.

Photographie d'une fleur

L’éclosion d’un nouveau projet


Certes, j’ai tellement de demandes que je ne peux pas suivre mais cela m’a mené proche de la rupture, je suis trop indisponible pour mes clients, pour moi, c’est un échec!
Mes excuses à tous mes amis, clients que j’ai trop délaissé faute de temps.
Comme tous les indépendants, j’apprends de mes erreurs pour progresser alors je vous annonce quelques changements qui ne sont pas mineurs.
Désormais, vous aurez à faire, non plus à moi seul mais au STUDIO NICOLAS ROGER !

Pour simplifier, depuis déjà quelques temps, je travaille avec d’autres professionnels de l’image pour me permettre de répondre à plus de demandes, cela va se développer pour créer un vrai studio-agence de photographes professionnels.

Dés Janvier, Une nouvelle collaboratrice viendra prendre la responsabilité des premiers contacts avec les clients tout comme une part des devis, démarches administratives ainsi que des prises de rendez-vous pour les photographes.

Pour l’instant, je ne vous citerai pas leurs noms mais d’autres photographes que j’ai sélectionné et/ou formé réaliseront une part des prises de vue, reportages, photographies de produits, retouches …

De manière à garder la qualité régulière, je surveillerai chaque travail rendu même si je suis confiant dans mes choix des photographes selon les spécialités. Ce sont de vrais professionnels accomplis qui viennent m’entourer pour aller plus loin, j’ai confiance en eux pour satisfaire mes clients, sinon, ils ne font pas parti du projet.
Par souci de transparence, vous saurez avant même la prestation qui sera votre photographe pour l’occasion, cela sera même noté sur le contrat ou devis pour les reportages et mariages.

A terme, j’espère pouvoir répondre à toutes les demandes des clients même les plus exigeants grâce à une équipe d’indépendants motivés ainsi qu’une structure qui permet à tous de travailler avec les meilleurs outils.

Cette idée de rassembler des photographes au sein d’un groupement plus important pour réaliser des économies de structures, développer une offre plus complète me semble évidente pour suivre l’exemple des cabinets de médecins ou d’avocats.

Alors voilà, dés janvier, nous sommes prêts à grandir avec vous, merci de votre confiance !

Par , le

Exposition au centre Camille Claudel à Clermont Ferrand

En cette fin d’année, mon agent artistique Margaux Bouchardon organise une exposition collective de ses artistes au centre Camille Claudel à Clermont-Ferrand.
A cette occasion, j’expose une partie de série avec quelques nouveautés dont cette image :

Vanité en photographie

Vanité assez personnelle

Pour cette Occasion, j’exposerai aux côtés de Hélène Hibou, Valérie Brunel, Maxime Tauban, David Champclos, Marie Marinier, Simon Rousset, Laetitia Lor, Antony Squizzatto dont j’aime beaucoup de travail ainsi que Marielsa Niels que je vous avais présenté lors d’un article.

Le vernissage est prévu le jeudi 27 à 18H30, vous y êtes bien sur les bienvenus !

Venez nombreux au Vernissage !

Venez nombreux au Vernissage !

L’exposition durera ensuite du 27 novembre au 18 décembre 2014 alors n’hésitez pas à aller découvrir cet ensemble d’artistes.

Par , le

Le portrait d’Entreprise

Lorsqu’un entrepreneur ou une entreprise me sollicite pour réaliser des portraits, je me sens toujours honoré de participer à leur projet au travers de leur image.

Portrait d'un entrepreneur en Auvergne

Pierre : Fondateur de blablalivre.fr

Dans ce cas, Pierre Gambaud, le créateur du site www.blablalivre.fr , site de réseau social autour des chroniques littéraires courtes, fait parti des jeunes créateurs d’entreprises qui réussissent.

L’exercice reste toujours complexe, transmettre les valeurs de sérieux de l’entreprise, mettre à l’aise un chef d’entreprise plus habitué à convaincre les investisseurs que l’objectif.
Comme vous pouvez le voir, il a très bien réussi à trouver la mesure!

Portrait de Pierre Gambaud de Blabla media

Une séance agréable grâce au partage entre entrepreneurs

Le portrait reste l’occasion de belles rencontres, la possibilité de partager avec des passionnés qui se battent tous les jours pour développer les entreprises de demain.

Alors, n’hésitez pas à aller visiter son site et à le soutenir dans son entreprise.

Par , le

Le matériel fait la qualité de la photographie?

Combien de fois les photographes devront-ils entendre? :

« vous avez un gros appareil, ça doit faire de belles photographies! »
ou bien
: »Facile de faire de faire de belles photographies avec ça! »
ou alors :
« Avec l’arrivée du numérique, tout le monde peut faire de belles photos, votre métier va disparaître »
toujours mieux :
« Avec les nouveau téléphone, plus besoin d’appareil photo! »

Portrait d'objet d'art

Aucun rapport entre son regard dépité et le mien 😉

Quelques petites réflexions personnelles qui n’engagent que moi pour répondre à certaines idées reçues, certaines pourraient vous surprendre!
Pour commencer, une fois arrivé dans certaines gammes d’appareils, la qualité de l’image finale dépend plus de la lumière et des réglages choisis que du matériel, la définition permet juste une taille d’agrandissement plus grande, la robustesse des matériaux une longévité.
Essayons d’être objectifs, évidemment, la gamme du matériel contribue à la qualité d’une prise de vue! mais peu face à d’autres critères !
Pour exemple, je faisais déjà des photographies de catalogues avec un compact expert de 5 mp bien des années en arrière, le résultat était déjà satisfaisant grâce à l’utilisation de flashs de studio. Une plaque de polystyrène remplace avantageusement un réflecteur … une feuille d’aluminium permet de déclencher des flash studio si elle renvoie le flash vers l’arrière …
Il existe des centaines d’astuces pour remplacer un matériel coûteux par de la bidouille.

Les gros appareils photo sont plus compliqués à utiliser et demandent plus de connaissances pour donner leur meilleur !

Si les appareils grand public sont orientés pour être plus simples d’usage, avec des menus expliqués, des flash intégrés, les gammes experts et pro laissent plus de possibilités de maîtrise à l’humain.
Pour ma part, cette complexité accrue fait tout le plaisir et la particularité du photographe : le choix !
Ces petits choix cumulés qui font l’individualité, l’exception d’une personne face à une autre et des oeuvres si distantes sur un même sujet, parfois même sur un même contexte de prise de vue entre les artistes.

Alors, il est à la mode de montrer des images faites à grands budgets ou retouchées à outrance grâce à des téléphones portable de manière à démontrer que l’appareil ne fait pas le talent. Assez d’accord avec le postulat que le stylo ne fait pas l’écrivain mais il est plus compliqué d’écrire sans utiliser un stylo ou un crayon 😉
Par contre, étrangement, ces campagnes intègrent des photographes qui maitrisent la lumière ou le traitement numérique pour palier à un outil moins adapté.

Si vous souhaitez maîtriser chaque chose, pouvoir faire de grands agrandissements, saisir l’instant, « travailler » en photographie, le choix de l’appareil photographique reste préférable.
Cela ne retire rien à la créativité ou au mérite des personnes utilisant leur téléphone pour faire de belles images. Si cela fait plaisir à ceux qui les font et ceux qui les regardent, très bien.
De là à utiliser le terme de « photographe » alors que les principes même de la photographie leur sont parfois inconnus? cela fait de toute la population ayant un téléphone des photographes, ça fait beaucoup !

Il est bon de savoir distinguer les outils et leurs usages, je n’irais pas faire une course de formule 1 avec une deudeuche, et vous ?

Après, les points de vue s’affrontent, souvent plus liés à l’implication, l’avancée des protagonistes dans la photographie mais peu de gens ont un avis éclairé.
Selon vous, la qualité de l’appareil fait la qualité de la photographie?

Par , le

Nicephore+ Exposition Natures mortes à l’hôtel Fontfreyde

Une fois de plus, j’ai eu la chance de visiter une très belle exposition de photographie à Clermont-Ferrand dans le cadre du Festival Nicephore+ organisé par l’association Stenopé.
Malheureusement, je n’ai pas pu voir l’ensemble des expositions mais je voulais vous montrer quelques images de 2 artistes qui ont été mes coups de coeur sur ce thème.
Pour commencer, le travail très pictorialiste de Ingar Krauss, des oeuvres sincères, utilisant une technique mixte très intéressante pour nous amener sur un univers poétique un peu étrange au travers de natures mortes.

Belle référence aux natures mortes en peinture.

Belle référence aux natures mortes en peinture.


Ensuite, le travail très délicat, simple tout en étant très noir de la série « Ex-votographies » par Michel Medinger.

Photographies au dos d'un cadre ou dans une caisse, des natures mortes aux tirages magnifiques.

Photographies au dos d’un cadre ou dans une caisse, des natures mortes aux tirages magnifiques.

Travail splendide, les photographies étaient d'un très grand niveau.

Travail splendide, les photographies étaient d’un très grand niveau.

Il est formidable de voir le dynamisme de Clermont-Ferrand et la région Auvergne pour développer la culture par des événements et expositions moins faciles d’accès que le public clermontois semble apprécier.

Par , le

Exposition au Salon de photographie de Rouxmesnil-Bouteilles

Malheureusement, je vous l’annonce ici après qu’elle soit terminée, toutes mes excuses!

Au passage, petit rappel, si vous souhaitez suivre mon activité, ma page facebook est là aussi pour cela!

Affiche du salon de la photo de RouxmesnilBouteilles

Affiche de l’exposition

Ce mois d’octobre, j’ai eu la chance d’être l’invité d’honneur du salon des arts photographiques de Rouxmesnil-Bouteilles. Ce salon rassemblait les oeuvres de 18 artistes photographes sélectionnés par Odile Villard et Yann Pelcat que je remercie encore pour la confiance qu’ils m’ont porté.

Ne vous moquez pas, il faut parfois faire des discours !

Ne vous moquez pas, il faut parfois faire des discours !

A cette occasion, étaient exposées une vingtaine de tirages de la série « Réflexions sur l’eau » ainsi que 18 tirages de la série « l’inconscient déplié » et un petit catalogue de l’exposition était vendu pour cette occasion.

A cette occasion, j’ai pu découvrir des travaux artistiques d’autres artistes comme Yann Pelcat, Laurent Dequick, Fabrice Boualit, Olivier Desclos, Patrice Bouvier et bien d’autres
Je vous encourage à aller découvrir leurs travaux artistiques, il a été très plaisant de partager avec ces artistes au travail de qualité venus des 4 coins de la France.

Photographie de l'artiste Olivier Desclos !

Photographie de l’artiste Olivier Desclos !

Par , le

Rencontres photographiques d’Arles 2014

Bandeau rencontres d'Arles

Pour suivre l’actualité de la photographie contemporaine, certains événements sont incontournables de part la richesse de ce qui est présenté ou l’ambiance.
Les rencontres d’Arles font parti de ces moments où le monde de la photographie se concentre, où les photographes passionnés côtoient les photographes professionnels, les artistes photographes et les galeristes.
Tous ces acteurs se réunissent autour de nombreux vernissages, projections, colloques, visites guidées, lectures de portfolios .
Un ensemble aussi accompagné par un festival Off important qui comprend aussi certaines expositions de qualité.

Photographie de Chema Madoz

Au travers de ces expositions, comme chaque années, de belles découvertes et je me suis arrêté plus longuement sur le travail du photographe espagnol Chema Madoz, des tirages magnifiques qui amènent le sourire en un instant. La formule utilisée par mon amie Sidonie est très juste, ce sont des Haïkus visuels. Ces poèmes japonais très cours ont un parallèle direct avec la prose photographique de cet artiste photographe.

Chema Madoz artiste photographe

Il serait trop long de détailler l’ensemble des expositions et artistes présentés comme David Bailey et Patrick Swirc avec les portraits de personnalités, la première exposition de Vincent Perez, Mazaccio et Drowilal dont le travail décalé est rafraichissant dans cette programmation avec notamment de grand tirages de sopalin sur lesquels sont incrustés des scènes de nus, des photographies de chiens devant des couchers de soleil …
La collection Walther avec des grands classique de l’histoire de la photographie dont une salle de tirages d’Araki qui reste toujours aussi cher à mon cœur de photographe.
La collection Hunt qui m’a permis de voir que depuis longtemps, les photographes ont toujours eu du mal à rendre passionnantes les grandes photos de groupes.
L’exposition de collections de Martin Parr et d’autres au Bureau des Lices que l’on visite à la baladeuse à Led qui est moisn facile d’accès.
Les tirages grands formats d’après collages, assemblages de Vik Muniz qui ont fait parti des expositions les plus remarquées.
Des classiques indécrottables comme Lucien Clergue et Raymond Depardon et bien d’autres.
Dans l’ensemble, une édition moins qualitative que quelques années en arrière à mon goût mais qui m’aura permis de me gaver de photographies pendant quelques jours, de relativiser mes avancées tout en me donnant l’envie d’aller plus loin !

Par , le

Les arts en balade 2014

Affiche arts en balade 2014

Affiches des arts en balade 2014, ouverture des ateliers d’artistes à Clermont-Ferrand


Pour la troisième année, Local 19 qui est notre atelier permanent a été ouvert au public dans le cadre des arts en balade.
Comme d’habitude, nous avons eu plus de 1100 visiteurs dans le week end, l’occasion de beaux échanges, de beaux retours sur le travail de Sophie Navas ainsi que le mien.
Au passage, je présentais une nouvelle série artistique et la mise en danger est toujours là, le doute. Si la création ne doit pas être affectée par l’envie de plaire, chaque présentation nous ramène à la peur de regard des autres. Il m’a d’ailleurs fallut du temps avant d’accepter la dénomination d’artiste.

Réminiscence

Réminiscence


Certains médias et blogueuses se sont fait le relais de l’événement, nous accordant quelques lignes comme Sauvazine, the magic orange plastic bird tout comme TV8 avec un reportage où Sophie a été interviewée, ils ont même réussi à me mettre en boite sans que je le vois.
Exposition de Nicolas Roger

Première exposition dans les nouveaux locaux de Local 19 : mon nouveau studio.

Nous somme très heureux d’avoir pu faire parti de cette édition malgré le planning impossible qui était le notre.

Par , le

Photographe de mariage : des souvenirs

Préparer un nouveau site internet, c’est l’occasion de se replonger dans les images produites durant les dernière années.

Photographie amusante de mariage

Une petite fille joue avec des accessoires d’une animation. elle vient se planter devant moi comme pour me défier, l’instant est bref mais elle est en boite.

La galerie de mariage de mon site actuel ne me satisfait plus alors je profite d’avoir la jeune Pauline en stage avec moi pour entamer un grand tri sur les mariages des 3 dernières années. Annonçant à la pauvre Pauline qu’il faut trier dans plus de 30 000 photographies de mariage pour le nouveau site, je me rends compte de mon évolution dans ce domaine.
Sans perdre la rigueur qui est mon style, j’ai vu apparaître des images plus sensibles, quelques flous choisis et j’ai hâte de vous montrer cela sur le nouveau site qui est en construction actuellement.

Mais rapidement, je me rends compte que derrière ces photographies se cachent des centaines d’anecdotes, de vrais moments de complicités avec les mariés, des émotions qui me pincent le cœur au souvenir de certaines conversations, de certains regards.

Du coup, j’ai décidé de vous raconter quelques moments en essayant de ne pas trop rentrer dans l’intimité, sans citer de noms bien sûr. D’ailleurs, si une personne venait à être gênée par des lignes sur ce blog, qu’il me le dise et j’arrangerai les choses, bien entendu.

Pour commencer, j’ai envie de vous raconter quelques mots sur un mariage de geeks très sympas. Un couple jeune, dynamique, très détendu avec des délires permanents qui ont commencé par me proposer en séance d’engagement des photographies dans un Pub à bière du centre ville. Après quelques photographies avec des accessoires relativement improbables, ils m’annoncent qu’ils vont faire gagner des tirages de ces images par un concours de la réponse la plus originale à leur carton d’invitation.
Au passage, merci à eux de m’avoir envoyé le fameux carton qui était une version de cartouche de jeux vidéo avec des illustrations très travaillées et de l’humour à revendre. Le thème des tables était des noms de jeux vidéo, quel plaisir d’avoir été placé à la table Zelda (un jeu culte dans ma famille).
Alors, il faudra que je re-demande les réponses gagnantes mais dans mon souvenir, certains avaient répondu avec des feuilles de langage binaire, d’autres en Klingon et bien d’autre idées folles qui parlent aux geeks, il me reste juste le souvenir d’avoir vu ma mâchoire se décrocher régulièrement face à l’originalité et la créativité déployée.

La malchance a voulu qu’il pleuve atrocement ce jour là, jusqu’à pleuvoir le long des piliers dans le chapiteau, une situation que certains auraient très mal vécu mais ce serait mal les connaitre, un petit coup de raclette puis sans attendre, ils ont mis le feu à la soirée !
Cela me permet de rappeler que le monde peu bien s’écrouler, les mariés sont les baromètres de ce jour, tant qu’ils ont le sourire, Tout Va Bien !!!

L’une des choses les plus originales de ce mariage a été un Harlem Shake surprise des invités pour les mariés.
Prétextant une animation classique de mariage, les mariés ont été placés vers le DJ, les yeux bandés, dos à la salle pendant que tout le monde sortait des tenues cachées soigneusement et se préparait.
Une fois la musique lancée, les bandeaux ont été enlevés, les mariés mis face aux invités dans des tenues plus qu’improbables comme une vache kiri, un grand lapin rose, des cowboy, d’autres vaches à taches noires, des perruques, des travestis en alsacienne, femme de ménage, jeunes comme moins jeunes ont tous joué le jeu et sautaient partout. Petit détail qui achève le tableau, le père du marié était déguisé en Dark Vador, magique !
Face à cela, les mariés se sont décrochés la mâchoire et j’ai vu leurs yeux sortir des orbites devant ce spectacle et cela a fini par un slam des mariés (petit voyage porté en l’air par les invités à bout de bras comme dans les grands concerts).

Alors, pour ceux qui pensent que la photographie de mariage est un calvaire, je passe de merveilleux moments dans tous les mariages, nous ne devons pas avoir les même mariés !!!

Par , le

Gregory Crewdson

Si vous ne connaissez pas cet artiste photographe, je vous conseille de courir à la première exposition présentant de ses tirages, c’est assez exceptionnel.

Pour ma part, je crois que c’était lors d’une édition de Paris Photo, quelques années en arrière que j’ai pu tomber ébahi devant des tirages de grands formats à la qualité incroyable. Au passage, un peu de chauvinisme puisqu’un tirage était présenté dans l’exposition « L’œil photographique » au FRAC à Clermont-Ferrand récemment avec des œuvres de Andres Serrano, Jeff Wall et bien d’autres.

Thotographie de l'artiste photographe Gregory Crewdson

Photographie présente au Frac

Pour ce travail, Gregory Crewdson déploie des moyens impressionnants dignes des grandes productions cinématographiques. Partant d’un scénario, il fait intervenir des acteurs, des créateurs de décors, des éclairagistes. Ces scènes souvent complètement reconstituées en studio sont éclairées par un plan de lumière très réfléchi et complexe. Ces photographies nous amènent à nous poser des questions, à faire des suppositions sur ces personnages qui semblent toujours être au bord du drame, le visage fermé dans une solitude. les décors sont truffés de détails qui poussent encore à la conjecture, d’autant que la qualité des tirages permet de profiter de chaque détails.

Photographie de l'artiste photographe Mr Crewdson

Avec les nombreuses influences aussi bien cinématographiques que picturales, je ne citerai que Edward Hopper, cela donne un travail de mise en scène parmi les plus riches que j’ai pu croiser en photographie.

Par , le