Gilbert Garcin : la poésie de l’absurde

Gilbert Garcin est un artiste photographe né en 1929, il vit et travaille à Marseille.
La retraite a été le moment où cet artiste s’est réellement mis à la photographie, preuve qu’il n’est jamais trop tard pour s’y mettre!

Photographie de Gilbert Garcin

Suite à un stage en Arles sur le photomontage en noir et blanc, il a trouvé le moyen d’exprimer un certain humour, un goût pour l’absurde. Ses photographie le mettent en scène dans ne nombreux situations. Ses oeuvres nous poussent aux grands questionnements de l’existentialisme, ses décors irréels sont là pour ne laisser que l’humain perdu dans ses concepts et ses pensées souvent absurdes.

Photographie artistique de Gilbert Garcin

Je vous encourage à aller faire un tour sur son site pour en voir plus.

Par , le

Définition et résolution d’une image numérique

Ces deux caractéristiques d’une image ou photographie numérique sont souvent confondues ou peu précises dans les esprits, je me permets donc de vous éclairer en utilisant un langage simple.

Tout d’abord, la définition d’une image s’exprime en pixels, ces pixels (pour simplifier) sont des petits carrés semblables à des carrés de mosaïque, l’image se forme grace à cet ensemble ordonné de carrés ou pixels.
La définition de l’image s’exprime en pixels comme ici, elle est de 30 pixels de large et 20 pixels de hauteur (abréviation : 30x20px). Cette image est donc définie par 30×20= 600 pixels.

fichier pour montrer une faible définition

Image de 30 x 20 pixels : faible définition (c’est peu dire)

Regardons si nous augmentons la définition en restant sur une même taille d’image, par exemple en doublant la largeur et hauteur en pixels!
Cette nouvelle image est de 60x40px, Nous constatons que l’écriture parait déjà plus nette, mieux « définie ».
Cette image est cette fois-ci constituée de 60×40= 2400 pixels.
Afin de doubler la définition en largeur du fichier, il faut donc 4 fois plus de pixels, donc 4 fois plus d’informations, un fichier numérique qui sera 4 fois plus grand environ pour doubler la définition en largeur.

image de 60 pixels par 40 pixels

image de 60 pixels par 40 pixels

Augmentons encore …

Image de 120 pixels par 80 pixels

Image de 120 pixels par 80 pixels

Avec l’image suivante, nous arrivons à une définition correcte de 480x320px = 153600 pixels.
Remarquez que plus nous augmentons la définition et moins l’aspect carré des pixels se ressent.

Image de 480 par 320 pixels ( mieux définie tout de même )

Image de 480 par 320 pixels ( mieux définie tout de même )

Pour en revenir à nous photographes, un appareil photographique comme le Canon EOS 5D mark II fournit des fichiers d’une définition de 5616x3744px soit 21026304 px, un peu plus de 21 millions de pixels !

Voilà pour la définition, vous allez pouvoir briller dans les clubs photo désormais, pouvoir calculer combien de millions de pixels fait le capteur du voisin.

Maintenant, parlons de la résolution d’une image numérique. La résolution s’exprime en Pixels par pouce (PPP) en français, Dots per inch (DPI) ou Pixels per inch (PPI) selon les pays.

Schéma explicatif de la résolution de l'image numérique

Schéma explicatif de la résolution de l’image numérique

Cela permet de décider combien de pixels seront attribués à une surface donnée, le pouce, en l’occurrence!

Cette possibilité permet d’adapter son image en fonction de son utilisation finale. Par exemple, le web fait usage d’une résolution de 72 ppp ou dpi, une impression numérique commence à être qualitative à partir 150 dpi, un tirage photo nécessite plutôt 300 dpi.
Cette résolution permet d’adapter selon le support, cela permet d’éviter des fichiers trop lourds, d’optimiser à son usage.

Pour exemple, un fichier de 40x30cm en 300dpi (qualité tirage photo) permet d’imprimer un 4x3m publicitaire (soit une résolution d’environ 30 dpi), cela correspond à une même définition de 4724×3543 pixels dans les deux cas, seul change la résolution, l’étalement de ces fameux pixels.

Sachez que les appareils photo numériques sortent de base des fichiers en 72dpi mais cela ne change rien à la définition de l’image et n’affecte en rien les possibilités des tailles d’impression de cette image.
Sans préciser une taille comme 20×30 cm en 300 dpi, ou 20×30 cm en 72dpi (économie de données pour le web), la résolution n’a pas besoin d’être changée, elle n’affecte pas la définition de l’image.
Donc, à tous ceux qui me demandent, parce qu’ils ont entendu qu’un fichier de qualité était en 300 dpi des fichiers de cette résolution, lisez ces quelques lignes, elles vous aideront à comprendre que la définition est réellement importante, sans taille finale, la résolution n’est pas importante.

Pour finir, si votre fichier fait 20×30 cm en 72dpi, il ne suffira pas d’en modifier les caractéristiques pour faire un 20x30cm en 300 dpi, ceci procèdera à un ré-échantillonnage qui n’apportera pas de définition supplémentaire.
Pour simplifier, vous poserez des carrés de 4 carreaux de mosaïque au lieu d’un, cela fera une plus grande mosaïque mais l’image n’en sera pas plus définie !

J’espère que cet article vous aura permis de mieux appréhender ces deux notions, la photographie numérique n’a rien de sorcier.

Par , le

Meilleurs vœux 2015 !

Meilleurs voeux pour cette année 2015 !

IMG_8355

La nouvelle année est toujours l’occasion de bilans, de changements, de bonnes résolutions.
Mon bilan pour 2014 : une année difficile aussi bien au niveau personnel que professionnel mais qui, je l’espère, aura permis de mettre en place les meilleurs éléments pour de belles choses en 2015.

En 2014, Local 19 a changé de locaux, un petit challenge qui nous a pris beaucoup d’énergie tout en amplifiant la confiance et l’admiration que j’ai pour les autres localiens : la chance m’a amené à collaborer avec des personnes merveilleuses tant sur les cotés professionnels qu’humain.
L’arrivée de nouveaux professionnels autour de moi me fait passer aujourd’hui vers un studio de photographes.

Mais 2014 est l’année de toutes les pannes, une bonne partie de mon matériel est passé en réparation cette année avec quelques sueurs froides qui ne m’ont pas empêché de faire mon travail mais m’auront montré que même avec toutes les sécurités que je mets en place, nous ne sommes jamais à l’abri et le maximum de précautions est bien le minimum !

Alors, faisons tous ensemble que l’année à venir soit une belle année.
Je vous souhaite le meilleur, tant sur le plan de la santé, du professionnel que sur le plan familial.
De beaux moments à vous tous, nous serons à vos cotés gonflés à bloc pour 2015.

Bises à tous, à très vite !

Par , le

Studio Nicolas Roger : un nouveau départ !

Gagner sa vie grâce à la photographie est un vrai défi!
Depuis 2013, ce challenge est plus que rempli puisque ma vie est devenue une course folle, certains décriraient donc mon parcours comme une réussite, mon avis est plus mitigé.

Photographie d'une fleur

L’éclosion d’un nouveau projet


Certes, j’ai tellement de demandes que je ne peux pas suivre mais cela m’a mené proche de la rupture, je suis trop indisponible pour mes clients, pour moi, c’est un échec!
Mes excuses à tous mes amis, clients que j’ai trop délaissé faute de temps.
Comme tous les indépendants, j’apprends de mes erreurs pour progresser alors je vous annonce quelques changements qui ne sont pas mineurs.
Désormais, vous aurez à faire, non plus à moi seul mais au STUDIO NICOLAS ROGER !

Pour simplifier, depuis déjà quelques temps, je travaille avec d’autres professionnels de l’image pour me permettre de répondre à plus de demandes, cela va se développer pour créer un vrai studio-agence de photographes professionnels.

Dés Janvier, Une nouvelle collaboratrice viendra prendre la responsabilité des premiers contacts avec les clients tout comme une part des devis, démarches administratives ainsi que des prises de rendez-vous pour les photographes.

Pour l’instant, je ne vous citerai pas leurs noms mais d’autres photographes que j’ai sélectionné et/ou formé réaliseront une part des prises de vue, reportages, photographies de produits, retouches …

De manière à garder la qualité régulière, je surveillerai chaque travail rendu même si je suis confiant dans mes choix des photographes selon les spécialités. Ce sont de vrais professionnels accomplis qui viennent m’entourer pour aller plus loin, j’ai confiance en eux pour satisfaire mes clients, sinon, ils ne font pas parti du projet.
Par souci de transparence, vous saurez avant même la prestation qui sera votre photographe pour l’occasion, cela sera même noté sur le contrat ou devis pour les reportages et mariages.

A terme, j’espère pouvoir répondre à toutes les demandes des clients même les plus exigeants grâce à une équipe d’indépendants motivés ainsi qu’une structure qui permet à tous de travailler avec les meilleurs outils.

Cette idée de rassembler des photographes au sein d’un groupement plus important pour réaliser des économies de structures, développer une offre plus complète me semble évidente pour suivre l’exemple des cabinets de médecins ou d’avocats.

Alors voilà, dés janvier, nous sommes prêts à grandir avec vous, merci de votre confiance !

Par , le

Exposition au centre Camille Claudel à Clermont Ferrand

En cette fin d’année, mon agent artistique Margaux Bouchardon organise une exposition collective de ses artistes au centre Camille Claudel à Clermont-Ferrand.
A cette occasion, j’expose une partie de série avec quelques nouveautés dont cette image :

Vanité en photographie

Vanité assez personnelle

Pour cette Occasion, j’exposerai aux côtés de Hélène Hibou, Valérie Brunel, Maxime Tauban, David Champclos, Marie Marinier, Simon Rousset, Laetitia Lor, Antony Squizzatto dont j’aime beaucoup de travail ainsi que Marielsa Niels que je vous avais présenté lors d’un article.

Le vernissage est prévu le jeudi 27 à 18H30, vous y êtes bien sur les bienvenus !

Venez nombreux au Vernissage !

Venez nombreux au Vernissage !

L’exposition durera ensuite du 27 novembre au 18 décembre 2014 alors n’hésitez pas à aller découvrir cet ensemble d’artistes.

Par , le

Le portrait d’Entreprise

Lorsqu’un entrepreneur ou une entreprise me sollicite pour réaliser des portraits, je me sens toujours honoré de participer à leur projet au travers de leur image.

Portrait d'un entrepreneur en Auvergne

Pierre : Fondateur de blablalivre.fr

Dans ce cas, Pierre Gambaud, le créateur du site www.blablalivre.fr , site de réseau social autour des chroniques littéraires courtes, fait parti des jeunes créateurs d’entreprises qui réussissent.

L’exercice reste toujours complexe, transmettre les valeurs de sérieux de l’entreprise, mettre à l’aise un chef d’entreprise plus habitué à convaincre les investisseurs que l’objectif.
Comme vous pouvez le voir, il a très bien réussi à trouver la mesure!

Portrait de Pierre Gambaud de Blabla media

Une séance agréable grâce au partage entre entrepreneurs

Le portrait reste l’occasion de belles rencontres, la possibilité de partager avec des passionnés qui se battent tous les jours pour développer les entreprises de demain.

Alors, n’hésitez pas à aller visiter son site et à le soutenir dans son entreprise.

Par , le

Le matériel fait la qualité de la photographie?

Combien de fois les photographes devront-ils entendre? :

« vous avez un gros appareil, ça doit faire de belles photographies! »
ou bien
: »Facile de faire de faire de belles photographies avec ça! »
ou alors :
« Avec l’arrivée du numérique, tout le monde peut faire de belles photos, votre métier va disparaître »
toujours mieux :
« Avec les nouveau téléphone, plus besoin d’appareil photo! »

Portrait d'objet d'art

Aucun rapport entre son regard dépité et le mien 😉

Quelques petites réflexions personnelles qui n’engagent que moi pour répondre à certaines idées reçues, certaines pourraient vous surprendre!
Pour commencer, une fois arrivé dans certaines gammes d’appareils, la qualité de l’image finale dépend plus de la lumière et des réglages choisis que du matériel, la définition permet juste une taille d’agrandissement plus grande, la robustesse des matériaux une longévité.
Essayons d’être objectifs, évidemment, la gamme du matériel contribue à la qualité d’une prise de vue! mais peu face à d’autres critères !
Pour exemple, je faisais déjà des photographies de catalogues avec un compact expert de 5 mp bien des années en arrière, le résultat était déjà satisfaisant grâce à l’utilisation de flashs de studio. Une plaque de polystyrène remplace avantageusement un réflecteur … une feuille d’aluminium permet de déclencher des flash studio si elle renvoie le flash vers l’arrière …
Il existe des centaines d’astuces pour remplacer un matériel coûteux par de la bidouille.

Les gros appareils photo sont plus compliqués à utiliser et demandent plus de connaissances pour donner leur meilleur !

Si les appareils grand public sont orientés pour être plus simples d’usage, avec des menus expliqués, des flash intégrés, les gammes experts et pro laissent plus de possibilités de maîtrise à l’humain.
Pour ma part, cette complexité accrue fait tout le plaisir et la particularité du photographe : le choix !
Ces petits choix cumulés qui font l’individualité, l’exception d’une personne face à une autre et des oeuvres si distantes sur un même sujet, parfois même sur un même contexte de prise de vue entre les artistes.

Alors, il est à la mode de montrer des images faites à grands budgets ou retouchées à outrance grâce à des téléphones portable de manière à démontrer que l’appareil ne fait pas le talent. Assez d’accord avec le postulat que le stylo ne fait pas l’écrivain mais il est plus compliqué d’écrire sans utiliser un stylo ou un crayon 😉
Par contre, étrangement, ces campagnes intègrent des photographes qui maitrisent la lumière ou le traitement numérique pour palier à un outil moins adapté.

Si vous souhaitez maîtriser chaque chose, pouvoir faire de grands agrandissements, saisir l’instant, « travailler » en photographie, le choix de l’appareil photographique reste préférable.
Cela ne retire rien à la créativité ou au mérite des personnes utilisant leur téléphone pour faire de belles images. Si cela fait plaisir à ceux qui les font et ceux qui les regardent, très bien.
De là à utiliser le terme de « photographe » alors que les principes même de la photographie leur sont parfois inconnus? cela fait de toute la population ayant un téléphone des photographes, ça fait beaucoup !

Il est bon de savoir distinguer les outils et leurs usages, je n’irais pas faire une course de formule 1 avec une deudeuche, et vous ?

Après, les points de vue s’affrontent, souvent plus liés à l’implication, l’avancée des protagonistes dans la photographie mais peu de gens ont un avis éclairé.
Selon vous, la qualité de l’appareil fait la qualité de la photographie?

Par , le

Nicephore+ Exposition Natures mortes à l’hôtel Fontfreyde

Une fois de plus, j’ai eu la chance de visiter une très belle exposition de photographie à Clermont-Ferrand dans le cadre du Festival Nicephore+ organisé par l’association Stenopé.
Malheureusement, je n’ai pas pu voir l’ensemble des expositions mais je voulais vous montrer quelques images de 2 artistes qui ont été mes coups de coeur sur ce thème.
Pour commencer, le travail très pictorialiste de Ingar Krauss, des oeuvres sincères, utilisant une technique mixte très intéressante pour nous amener sur un univers poétique un peu étrange au travers de natures mortes.

Belle référence aux natures mortes en peinture.

Belle référence aux natures mortes en peinture.


Ensuite, le travail très délicat, simple tout en étant très noir de la série « Ex-votographies » par Michel Medinger.

Photographies au dos d'un cadre ou dans une caisse, des natures mortes aux tirages magnifiques.

Photographies au dos d’un cadre ou dans une caisse, des natures mortes aux tirages magnifiques.

Travail splendide, les photographies étaient d'un très grand niveau.

Travail splendide, les photographies étaient d’un très grand niveau.

Il est formidable de voir le dynamisme de Clermont-Ferrand et la région Auvergne pour développer la culture par des événements et expositions moins faciles d’accès que le public clermontois semble apprécier.

Par , le

Exposition au Salon de photographie de Rouxmesnil-Bouteilles

Malheureusement, je vous l’annonce ici après qu’elle soit terminée, toutes mes excuses!

Au passage, petit rappel, si vous souhaitez suivre mon activité, ma page facebook est là aussi pour cela!

Affiche du salon de la photo de RouxmesnilBouteilles

Affiche de l’exposition

Ce mois d’octobre, j’ai eu la chance d’être l’invité d’honneur du salon des arts photographiques de Rouxmesnil-Bouteilles. Ce salon rassemblait les oeuvres de 18 artistes photographes sélectionnés par Odile Villard et Yann Pelcat que je remercie encore pour la confiance qu’ils m’ont porté.

Ne vous moquez pas, il faut parfois faire des discours !

Ne vous moquez pas, il faut parfois faire des discours !

A cette occasion, étaient exposées une vingtaine de tirages de la série « Réflexions sur l’eau » ainsi que 18 tirages de la série « l’inconscient déplié » et un petit catalogue de l’exposition était vendu pour cette occasion.

A cette occasion, j’ai pu découvrir des travaux artistiques d’autres artistes comme Yann Pelcat, Laurent Dequick, Fabrice Boualit, Olivier Desclos, Patrice Bouvier et bien d’autres
Je vous encourage à aller découvrir leurs travaux artistiques, il a été très plaisant de partager avec ces artistes au travail de qualité venus des 4 coins de la France.

Photographie de l'artiste Olivier Desclos !

Photographie de l’artiste Olivier Desclos !

Par , le

Rencontres photographiques d’Arles 2014

Bandeau rencontres d'Arles

Pour suivre l’actualité de la photographie contemporaine, certains événements sont incontournables de part la richesse de ce qui est présenté ou l’ambiance.
Les rencontres d’Arles font parti de ces moments où le monde de la photographie se concentre, où les photographes passionnés côtoient les photographes professionnels, les artistes photographes et les galeristes.
Tous ces acteurs se réunissent autour de nombreux vernissages, projections, colloques, visites guidées, lectures de portfolios .
Un ensemble aussi accompagné par un festival Off important qui comprend aussi certaines expositions de qualité.

Photographie de Chema Madoz

Au travers de ces expositions, comme chaque années, de belles découvertes et je me suis arrêté plus longuement sur le travail du photographe espagnol Chema Madoz, des tirages magnifiques qui amènent le sourire en un instant. La formule utilisée par mon amie Sidonie est très juste, ce sont des Haïkus visuels. Ces poèmes japonais très cours ont un parallèle direct avec la prose photographique de cet artiste photographe.

Chema Madoz artiste photographe

Il serait trop long de détailler l’ensemble des expositions et artistes présentés comme David Bailey et Patrick Swirc avec les portraits de personnalités, la première exposition de Vincent Perez, Mazaccio et Drowilal dont le travail décalé est rafraichissant dans cette programmation avec notamment de grand tirages de sopalin sur lesquels sont incrustés des scènes de nus, des photographies de chiens devant des couchers de soleil …
La collection Walther avec des grands classique de l’histoire de la photographie dont une salle de tirages d’Araki qui reste toujours aussi cher à mon cœur de photographe.
La collection Hunt qui m’a permis de voir que depuis longtemps, les photographes ont toujours eu du mal à rendre passionnantes les grandes photos de groupes.
L’exposition de collections de Martin Parr et d’autres au Bureau des Lices que l’on visite à la baladeuse à Led qui est moisn facile d’accès.
Les tirages grands formats d’après collages, assemblages de Vik Muniz qui ont fait parti des expositions les plus remarquées.
Des classiques indécrottables comme Lucien Clergue et Raymond Depardon et bien d’autres.
Dans l’ensemble, une édition moins qualitative que quelques années en arrière à mon goût mais qui m’aura permis de me gaver de photographies pendant quelques jours, de relativiser mes avancées tout en me donnant l’envie d’aller plus loin !

Par , le