Portrait(s) : Exposition à Vichy

une exposition sur le portrait

Affiche de la manifestation

Prévenu au dernier moment par mon amie artiste photographe Cécile Quintin, sortant à peine de prise de vue, j’ai foncé en totale improvisation pour voir cette exposition !
Grande surprise à mon arrivée sur place de découvrir le centre culturel Valéry Larbaud que je n’avais pas encore visité, un lieu parfaitement adapté à de grandes expositions, un éclairage dans les meilleurs que j’ai pu voir pour les œuvres.
Félicitations à l’organisation ainsi qu’aux commissaires d’exposition, cette exposition m’a surpris par sa qualité avec des artistes comme Sarah Moon, Liu Bolin, Denis Rouvre, Dorothée Smith …, une occasion de découvrir des tirages d’artistes marquants du portrait, une sélection suffisamment éclectique pour ne jamais être ennuyeuse, en gros : une bonne claque !

Portraits au centre Valery Larbaud

Centre culturel Valéry Larbaud


Le vernissage était même gratifié de la présence de la presque totalité des artistes, même Sarah Moon était là pour présenter son travail.
Petit plus, les tirages de Jérôme Bonnet sont à voir plus loin sur l’esplanade du lac d’Allier, la possibilité de se dégourdir les jambes, profiter du bord d’allier tout en admirant de superbes tirages de portraits d’artistes comme Alain Chabat, Kirsten Dunst et tellement d’autres.
Grande chance pour vous, cette exposition est à voir jusqu’au 1er Septembre 2013 alors n’hésitez pas à y aller faire un tour, cela vaut le détour !

Par , le

La photographie : l’accomplissement personnel

Belle statue

La photographie d’objets d’art, un plaisir des lignes.

Ma vie a pris un tournant fabuleux depuis quelques années, je n’aurais jamais cru en me lançant comme photographe professionnel que cela m’apporterait autant à tous niveaux.

En ce moment, tout semble vouloir fonctionner :

Les expositions de mon travail artistique s’enchainent, vous pouvez d’ailleurs encore voir la série « Réflexions sur l’eau » divisée entre le château des évêques à Monistrol sur Loire (20 tirages jusqu’au 24 mai) et Local 19 à Clermont-Ferrand (8 tirages exposés en même temps que les dessins de Sophie Navas)
La saison des mariages est presque totalement remplie, de plus, les mariés que j’ai rencontré sont tous très sympathiques et j’ai presque hâte de vivre ces journées. (et oui, on peut s’éclater dans la photo de mariage !)
Les formations aux entreprises, notamment sur la photographie d’objets qui s’enchainent et m’amène à parcourir la France.
Le réseau des commissaires priseurs me faisant confiance pour réaliser les photographies de leurs catalogues s’étend à des villes comme Lyon, Limoges, Orléans, Clermont-Ferrand, Vendôme, je viens de réaliser la grande majorité des photographies pour le catalogue de la prestigieuse vente aux enchères du château de Cheverny.

Ajoutez à cela les collaborations avec la troupe burlesque de Whispers and shadows, des groupes comme Hill Valley, les shootings pour les particuliers toujours plus sympas et originaux et vous comprendrez que je n’ai plus beaucoup de temps libre.

Pendule d'époque Restauration

Très belle pendule destinée aux enchères à Cheverny

Au passage, je suis récemment passé à la radio France Bleu Pays d’Auvergne, vous pouvez trouver l’enregistrement en 3 parties ici !
Cela va faire une année et demi que je n’ai pas pris de vacances, que je cours dans tous les sens, que je dois me surpasser quotidiennement mais je ne renoncerais à cela sous aucun prétexte.
Merci à ceux qui me font confiance et ceux qui me soutiennent, grâce à vous, j’ai grandi !

Par , le

David Lachapelle : Photographie de mode et de publicité

La Cène représentée par David Lachapelle

La Cène revisitée par David Lachapelle

Ce photographe et réalisateur américain de 50 ans partage son temps entre la photographie de mode, de publicité, la photographie artistique sans compter les films publicitaires.
Avec une vision toujours décalée, jeune et fraîche, il nous livre des univers surproduit où se mêlent la beauté, les références picturales avec une bonne dose d’humour.
Par exemple, il réinterprète ce classique de l’art religieux qu’est la Cène, des tableaux comme le radeau de la méduse et bien d’autres incontournables de l’histoire de l’art.

Photographie de Kirsten Dunst par David Lachapelle

Kirsten Dunst sous le regard de Lachapelle

Une rétrospective de son travail était exposée à la Monnaie à Paris au début 2009, pour cette occasion, j’ai pu poser les yeux sur la qualité de réalisation de ces travaux et c’est Beau !
Il était intéressant de voir aussi d’autres travaux « moins commerciaux » lors de cette exposition qui montrent que c’est un photographe complet.
Il a notamment réalisé des portraits hors norme pour un grand nombre de personnalités du cinéma ou de la chanson.

Publicité pour Lavazza par le photographe David Lachapelle

Photographie publicitaire pour Lavazza

Je ne peux que vous encourager à aller jeter un œil à son travail sur son site, vous y retrouverez des photographies que vous avez déjà vu 100 fois tant son travail est connu et diffusé.

Par , le

5 ans de photographie professionnelle

Masque africain

L'art africain : des lignes fortes !

Oui, voilà l’anniversaire de mes 5 ans de photographie professionnelle!

Comme toutes les dates qui comptent, c’est l’occasion de faire un point sur le chemin parcouru.
Mes premiers catalogues d’objets d’art datent de 2004, ils étaient réalisés en interne pour la salle des ventes de Clermont-Ferrand, je me rappelle encore la fierté de faire de mon premier quatrième de couverture de la gazette de l’hôtel Drouot en Ekta moyen format avec un mamiya 645 super.

En 2008, j’ai fait le pari dingue de changer de vie, partir vers d’autres horizons même si j’ai adoré travailler à la salle des ventes de Clermont-Ferrand et que la petite famille qu’ils constituent reste chère à mon cœur.
Depuis, le bilan est bon, je gagne ma vie avec la photographie, j’ai pu couvrir des investissements importants de plusieurs dizaines de milliers d’euros, aujourd’hui, solide avec des projets plein la tête.
Pour la première fois de ma vie, j’ai l’impression d’avoir trouvé un domaine où je ne tournerai jamais en rond, aucune lassitude alors que j’ai une tendance à très vite m’ennuyer dans une activité.

Formidable chance d’avoir des clients qui m’entrainent dans des projets nouveaux, me forcent à toujours aller plus loin dans ma formation, innover sans cesse pour répondre à leurs attentes.
Pour ces raisons, je passe aussi bien, d’une journée de photographies d’objets d’art à de la photographie culinaire, aux photographies des façades d’un immeuble, à un mariage, des photographies de charme, un reportage sur un salon de l’immobilier et tellement d’autres choses.

Ce qui rapproche tous ces domaines, le plaisir de la photographie, d’apporter ce que je peux donner de meilleur, vivre des rapports humains enrichissants avec des passionnés, des professionnels très compétents, des personnes qui se sont lancé des défis, les accompagner, les conseiller et réaliser avec eux.
En parlant de défi, avoir réussi à enfin présenter mon travail artistique a été un grand pas. Voir que les expositions fonctionnent si bien, tournent dans plusieurs villes dont Paris aussi vite est inespéré.
Il aura fallu du temps pour passer ce sentiment d’usurpation face aux photographes qui galèrent depuis tellement longtemps mais aujourd’hui, je pense pouvoir m’affirmer photographe sans rougir, ça va faire 15 ans que j’ai fait mes premières sorties en club photo, un appareil argentique tout manuel autour du cou.

Comment réussir? 3 éléments: du talent, du travail et de la chance. Il m’aura fallu travailler énormément et cela reste vrai, ce qui semble changer aujourd’hui, c’est que la chance semble vouloir se joindre au jeu!
Alors, si des photographes veulent se lancer dans le professionnel, c’est possible mais ne comptez pas passer à coté des années de sacrifices !

En tant que membre des photographes anonymes: « Bonjour, je m’appelle Nicolas Roger et je suis photographe, je gagne ma vie avec la photographie depuis 5 ans »

Par , le

Non au travail gratuit pour les photographes

Photographie culinaire de veau

Photographe : un métier qui doit permettre de remplir l'assiette !


Les métiers créatifs comme photographe, illustrateur, graphiste et bien d’autres sont touchés par plusieurs phénomènes déplaisants.

Commençons par parler du Crowdsourcing : des sociétés ou institutionnels qui vont proposer un concours pour la réalisation d’une affiche, d’un reportage photographique pour ne choisir que le meilleur. Ainsi, ils économisent l’emploi d’un professionnel, rémunèrent peu ou pas le gagnant alors qu’ils ont exploité le travail de nombreuses personnes. Ces concours ou demandes d’offre de projets appauvrissent nos professions et la plupart des gens ne s’en rendent pas compte!

Ensuite, j’ai envie de parler des sites et listes de diffusion de type « www.Groupon.fr » je vais pas me faire des amis). Ces sociétés vous proposent des « bons plans » comme des shootings à 39€ au lieu de 130€ par exemple. Que cachent ces offres?
Pour commencer, sur les 39€ (s’ils acceptent de vous laisser un prix raisonnable, ils font pression pour des prix plus faibles) 45% reviennent à Groupon, imaginez combien il reste au photographe une fois qu’il a payé ses frais et les charges sociales !
Ensuite, le photographe qui a vendu beaucoup de shootings à ce tarif va rogner sur la qualité en travaillant en jpg non retravaillé, va inciter à la consommation sur d’autres produits aux prix augmentés pour se rattraper comme cela lui est soufflé par les commerciaux de ces sociétés…. Avec mon type de travail, j’avais calculé que, même sans compter le loyer et l’électricité, l’amortissement de matériel, accepter ce type d’offre m’aurait permis de me payer royalement 2,5€ de l’heure si je souhaitais garder la même qualité.
Après, on vous propose de fixer des prix publics très hauts pour des cours de photographie (200€ le cours) afin que même bradé, vous puissiez vous en sortir et que cela donne l’impression à vos clients de faire une super affaire, un peu comme les fausses soldes. Je vous laisse vous faire votre avis sur ces pratiques !

Ensuite, un passage rapide sur les banques d’images qui cassent le marché des créatifs et prennent en moyenne 50% sur les ventes.
Apparemment, il y a plus d’argent à faire sur les photographe que sur la photographie.

Pour finir, je taperai sur les photographes qui sont les pires ennemis des photographes !
Les photographes qui offrent des « Shootings gratuits ». Par exemple, des gens qui ont reçu un bel appareil photo pour noël, qui rêvent de devenir photographe professionnel et qui vont offrir des services gratuits.
En espérant attirer une clientèle future, ils vont donner l’impression que le travail de photographie n’a pas de valeur. Messieurs, vous sciez la branche sur laquelle vous êtes assis !
A terme, vous aurez usé votre matériel (souvent pas génial au passage) et si vous êtes un photographe discount ou gratuit, pourquoi une personne paierait vos services à un tarif juste par la suite. Ne parlons pas de l’équité à faire payer certains clients et d’autres non?

Vous voyez à court terme car vous ne voyez pas les frais réels à entrer en compte, n’oubliez pas les charges sociales, la formation, le renouvellement du matériel…et un salaire.
En effet, si vous voulez pouvoir apporter un travail de plus en plus bon, il vous faut pouvoir acheter du matériel du plus en plus correct, prendre le temps de faire de la veille, de la formation. Voyez-vous des boulangers faire des journée « Baguette gratuite » ou « baguette à 20 centimes » ? Non et c’est normal parce qu’ils ont des coûts, que leur travail doit leur permettre de gagner leur vie, il en est de même pour les photographes professionnels !!!

Je me permets de vous orienter vers un article expliquant les frais et rémunérations d’un photographe mariage , très instructif pour ceux qui ne savent pas!
Cet article ne plaira pas à tous mais il y a des réalités à rappeler.

Par , le

Préparation de la série présentée aux arts en balade 2013

Pour commencer, avec beaucoup de retard, je vous présente mes meilleurs voeux pour cette année 2013, qu’elle vous apporte réussite, amour et une santé de fer!

Ensuite, pour vous faire partager un peu mes avancées au niveau artistique, j’ai décidé de vous montrer une première photographie de la série qui sera exposée pour les arts en balade en 2013.

Reflet d'un vase de fleurs déformé par les mouvements de l'eau

Reflet d'Le reflet d'un vase tourmenté par les mouvements de l'eau


Cette série reprendra des thèmes récurrents de l’histoire de l’art, l’idée est de photographier uniquement des reflets de natures mortes, portraits, nus ainsi que toute les scènes habituellement représentées dans la peinture. Cette reprise des classiques en photographie, en laissant les mouvements d’ondulation de l’eau remodeler la réalité permet d’aller évoquer le travail des impressionnistes et de déconstruire la réalité grâce à l’eau pour évoquer la peinture.
Pour cette série réalisée en studio, contrairement à la précédente, tout est décidé, planifié, mis en scène, cela demande beaucoup d’essais, d’expérimentations. En effet l’idée étant une fois de plus d’éviter l’usage de retouche, il faut un travail préparatoire de lumière de placements, fixations et avoir une marre dans son studio….

Le canard se rebelle!


Juste pour vous faire rire, je vous mets une photographie qui dévoile un secret, à savoir l’objet qui a servi à agiter l’eau :
un joli petit canard de bain en plastique mécanique, après tout un tas de tests, sur cette surface d’eau, il a été celui qui avait le bon rythme mais pour cette photo en question, il est parti du mauvais coté, le bougre!
 

Par , le

Exposition au Pavillon de l’eau à Paris du 17 janvier au 16 mars 2013

La série « Réflexions sur l’eau » va continuer à se balader en France (et apparemment l’étranger l’année prochaine), je suis surpris et comblé par l’accueil face à ce travail artistique qui m’est cher.
Cette fois-ci, la série qui s’étend encore se verra exposée dans le superbe cadre du Pavillon de l’eau au 77, avenue de Versailles 75016 Paris, j’en profites pour les remercier de leur intérêt. 25 tirages de la série y seront présentés dont une part de nouveaux tirages que je viens d’amener au contre-collage.

Surface d'eau s'apparentant à un tableau

#Eau 24 tirée de la série "Réflexion sur l'eau"

A l’occasion de cette exposition, il y aura un petit vernissage rapide le 17 janvier au Pavillon, une occasion de me croiser en même temps que de pouvoir découvrir les oeuvres présentées. Amis parisiens, je compte sur vous pour venir me faire un petit coucou. Ce vernissage est ouvert à tous, je serai ravi d’y voir le maximum de monde, alors envoyez moi juste un message pour recevoir l’invitation, que je puisse prévenir l’organisation du nombre d’invités.
Merci à tous ceux qui croient en mon travail et m’aident à le faire évoluer, le présenter dans les bonnes conditions !

Par , le

La frontière entre photographie et infographie

Bonjour, je ne peux commencer cet article sans vous envoyer sur un site que j’aime consulter de temps à autre, à savoir www.psdisasters.com qui rassemble des ratés de photoshop qui ont été publiés, preuve que l’erreur est humaine et que photoshop développe la créativité jusqu’à des extrémités insoupçonnées, jugez vous même !

Photomontage

Une femme à 3 mains, la classe !

Sujet épineux qui n’est que rarement abordé de manière claire et qui divise. Sans jouer les puristes dont l’avis fermé est souvent déplaisant, je vais essayer de donner quelques clefs objectives autour de ce sujet.

Tout d’abord, je pense qu’il faut appeler les choses par leur nom :

La photographie était d’abord déterminé comme un mode de reproduction de la réalité grâce à la lumière et des produits chimiques sur une surface plane, le capteur ayant remplacé la chimie par la suite.

Oui, la photographie est un procédé avant tout, un médium et la photo est le fruit d’un appareil photo.

L’infographie est l’application de l’informatique à la représentation graphique et au traitement de l’image.

Partant de ces définitions, il me paraît simple de faire quelques distinctions comme il est déjà fait dans les arts plastiques. En effet, l’on va parler d’une huile sur toile ou d’une technique mixte pour l’assemblage de différentes techniques comme le collage, la peinture, le crayon, la gravure, la gouache…

Il serait probablement plus juste de faire la même chose dans le domaine de la photographie et distinguer la photographie de l’image.

Une photographie étant le résultat direct de la prise de vue deviendra une image ou technique mixte une fois passée par l’application de l’infographie.

Il est parfois agaçant de voir mis sur le même plan une photographie pure et sincère face à une image surproduite car c’est un peu comparer des choux et des carottes. Non pas que je milite pour une photographie pure, je me sers bien souvent de l’infographie dans mon métier lorsque cela permet une meilleure rentabilité pour mes clients mais j’aimerais que la distinction soit faite, juste que ce soit dit!

Exaspérant d’entendre que c’est un « merveilleux photographe » lorsque l’on sait que la personne a passé 20 heures en infographie sur l’image pour la construire. Cela ne veux pas dire que ce ne soit pas un bon photographe mais je n’estime pas qu’on puisse le savoir sans avoir vu la photographie originelle. Pourquoi les gens ne diraient pas, comme cela m’arrive, il est très talentueux dans l’infographie…

La vérité, c’est que les gens ignorent la frontière entre photographie et infographie, elle est d’ailleurs même assez floue pour nous.

A partir de quelle intervention la photographie devient une image? l’application d’un filtre, la retouche de boutons, éliminer un éléments gênant sur l’image, faire un masquage, renforcer ou enlever un effet de vignettage, monter plusieurs photographie en HDR pour récupérer les zones les plus claires ou foncées.

Comment savoir à quel moment l’essence de la photographie laisse place à une nouvelle création et n’en est plus qu’un élément constitutif?

Une question ouverte pour chaque photographe ?!

 

Par , le

Le salon de la photo et Paris Photo 2012

Pour une fois disponible dans ces dates, j’ai pu monter sur Paris pour mélanger rendez-vous professionnels et plaisir au travers de visites d’expositions.

Le salon de la photo, pour commencer m’a beaucoup déçu cette année. En effet, il manquait certaines grandes marques de la photographie comme Manfrotto ou lowepro. Les stands étaient relativement vides, je n’ai pas eu le plaisir de voir le matériel que je voulais repérer pour mes investissements à venir. Autant dire que j’ai eu l’impression d’y perdre mon temps.

Comme dans la musique, il devient difficile de trouver des lieux pour voir le matériel haut de gamme et le tester avant l’achat.

Paris Photo 2012, l'affiche

Par contre, j’ai pris grand plaisir à aller à Paris Photo, cet évènement organisé au grand palais rassemble les collectionneurs de photographies qui déambulent au travers des stands de galeries pour y trouver leur plaisir. les dernières acquisitions de certains musées y sont aussi présentées.

La chance de faire la découverte de certains artistes photographes et d’avoir sous les yeux des tirages originaux qui sont rarement visibles. Juste pour en citer quelques uns qui sont chers à mon cœur de photographe comme Sarah Moon, Araki, le superbe autoportrait de Mapplethorpe et tant d’autres. Un moyen de prendre des leçons sans rien dire, juste face à la qualité des œuvres en présence.

De plus, j’avais la chance d’être bien accompagné puisque nous avons partagé cette visite avec une autre photographe que j’apprécie beaucoup, à savoir Marielsa Niels, le moyen de discuter, confronter autour de notre passion commune, se raconter des anecdotes autour de nos expériences de la photographie.

Pour finir, comme c’était le mois de la photo à Paris, ce fut l’occasion d’aller visiter quelques galeries dont la Galerie Vu avec les portraits de Richard Dumas, autant dire, un grand bain de photographie artistique qui m’a fait du bien.

Par , le

Pourquoi réaliser les photographies en interne est souvent une erreur pour les entreprises ?

Une photographie de qualité permet, en rapport à une photographie moyenne permet de réaliser des adjudications en vente aux enchères 20% supérieures en moyennes.

Autant dire qu’investir dans de bonnes photographies peut rapidement être rentabilisé, le choix est ensuite de faire appel à un prestataire externe ou réaliser ce travail en interne. Beaucoup d’entreprises décident de réaliser les prises de vues d’objets en interne, rapidement conscientes qu’elles n’ont pas le savoir faire nécessaire, elles prennent contact avec des photographes professionnels afin de bénéficier d’une formation aux techniques de la photographie de produit. Ayant mis en place quelques formations adaptées, j’accepte de jouer le jeu de ces entreprises qui pensent faire des économies.

Malheureusement, ces entreprises réalisent rarement des économies pour différentes raisons:

Pour commencer, une photographie de qualité, même pour internet passe par du bon matériel, donc onéreux, il n’est pas rare de voir une entreprise passer un investissement plus cher que ne lui aurait coûté la facture d’un professionnel de l’image pour l’ensemble de ses références. Ensuite, il y a le savoir faire qui ne s’acquiert pas en un jour ou même une semaine de formation. L’expérience et la connaissance des principes de la photographie permettent au professionnel, non seulement d’assurer une qualité de rendu final meilleure mais surtout dans un temps bien plus court. Sans compter qu’il faut penser qu’un salarié formé peut partir de l’entreprise, qu’il faut gérer la maintenance des appareils et machines, immobiliser de la trésorerie au départ…

De plus, aujourd’hui, la technique de prise de vue n’est plus seule en jeu et une maîtrise de l’outil informatique rattaché à l’image est capitale, le coût des licenses, écrans spécifiques encore à prendre en compte. Lors du calcul du coût final, les entreprises ont tendance à oublier qu’il faudra payer le salarié pendant 3 jours pour faire ce que le professionnel aurait fait dans la journée. Le photographe n’est pas là seulement pour réaliser les photographies, il est aujourd’hui aussi un véritable conseiller en image, mon cursus teinté de gestion, marketing et de communication m’amène à souvent orienter les entreprises pour aller plus loin.

La partie de recherche et de veille est aussi importante pour taper au plus juste, cette partie souvent ignorée est essentielle pour vous placer face à votre concurrence ou pour bien cibler votre clientèle, le fait d’avoir un regard externe permet parfois d’apporter un questionnement nouveau et utile. Les tarifs des professionnels ne sont pas si prohibitifs, renseignez-vous et calculez l’ensemble des coûts, cela vous permettra de faire un choix plus pertinent !

 

Par , le